Appellez-nous au (+34) 63 84 555 72

Menaces du cyberespionnage


La menace ne date pas d’aujourd’hui et les révélations autour du système d’espionnage Prism n’ont fait que lever partiellement le voile sur une menace discrète et en voie de généralisation qu’est l’espionnage industriel.
Déjà en mai 2013, le centre d’analyse stratégique (CAS) a fait état du développement massif du cyber espionnage et du risque qu’il constitue sur l’économie française. En ces temps de concurrences féroce, plus que jamais, capter un savoir-faire ou disposer de données confidentielles sur une entreprise (donnée liées à la recherche et au développement, données économiques…) permet de bâtir une stratégie visant à affaiblir un concurrent.

Il est néanmoins difficile de mesurer l’ampleur du phénomène car il par principe invisible. Pour cela, les cyber-espions utilisent des outils de plus en plus complexes et difficiles à déceler comme des chevaux de Troie polymorphes ou des techniques visant à exploiter des « portes » (backdoor) dissimulée dans un logiciel ou un système d’exploitation. L’intrusion réalisée et les données obtenues, la menace s’efface pour ne pas laisser de trace.

Qui sont les cibles du cyber espionnage ?
La plupart des administrations et des grandes entreprises ont probablement fait l’objet de cyber espionnage. Aujourd’hui le risque pèse également sur les entreprises de plus petites tailles, comme les entreprises innovantes. La cible du cyber espionnage s’est considérablement élargie et n’est plus restreinte aux activités stratégiques comme l’aérospatiale ou le domaine militaire. Toute entreprise est potentiellement menacée, il ne faut donc pas sous-estimer cette menace.

Pourquoi le cyber espionnage se généralise-t-il ?
D’une part notre époque se caractérise par une concurrence aigüe entre les entreprises à un niveau mondial. Il en est une question de survie pour certaines entreprises. D’autre part parce le coût du cyber-espionnage a considérablement diminué. Selon le laboratoire de virologie et de cryptologie opérationnelle de l’Esiea, le coût d’un code malicieux a été divisé par 5 depuis 2004. Il se situerait entre 20000 et 250000 dollars ce qui en fait un « investissement rentable » au regard de certains brevets ou à l’obtention de certain appel d’offre.

Source : http://www.lunil.com/le-cyber-espionnage-un-business-en-voie-expansion/